Full-Contact

Les avantages de la pratique du Full-Contact.

1-Faire fondre la masse graisseuse rapidement de votre corps en combinant des techniques d’arts martiaux et un entraînement cardio-vasculaire, le Full-contact est un entraînement énergique qui garantit la combustion des calories et de la graisse rapidement.

«Un entraînement efficace de Full-contact brûle environ 750 calories en une heure  « Ajoutez de la corde à sauter et des exercices de conditionnement, et vous pourriez brûler de 750 à 900 calories en une heure. »

Le cardio-training du Full-contact est l’un des moyens les plus efficaces pour brûler de la graisse, en particulier la masse graisseuse du ventre ; la pratique régulière permet d’anticiper les maladies cardiaques, de diabète et certains types de cancer. Une étude publiée dans l’American Journal of Physiology a montré que les exercices d’aérobic réduisaient mieux la graisse du ventre que les exercices de musculation en brûlant en moyenne 67% de calories en plus.

Full Night

2-Tonifier tout votre corps  «La combinaison des exercices de Full-contact avec une corde à sauter, un entraînement en circuit training avec des exercices de renforcement musculaire de base de Full-contact a un effet tonique et important car il vous oblige à engager tous les groupes musculaires de votre corps». En utilisant les déplacements  de Full-contact, vous brûlerez encore plus de calories. «Vous travaillerez également la ceinture abdominale, car chaque mouvement sollicite  la puissance abdominale. La pratique régulière du Full-contact améliore la santé du cœur et améliore également la coordination, la souplesse, la flexibilité et les réflexes.

 3. Apprendre des mouvements de légitime défense

Alors que la majorité des femmes se tournent vers le Full-contact pour s’entraîner physiquement, la légitime défense est aussi un avantage pour beaucoup, «Nous l’enseignons en mettant l’accent sur ‘pourquoi apprendre à se défendre, ‘Quand l’utiliser.’ Il est important que vous sachiez pourquoi vous faites certains mouvements et engagez certaines parties de leur corps. » Avoir la capacité de vous protéger est un atout précieux et vous devez savoir que si vous vous trouvez dans une situation dangereuse, vous avez les ressources nécessaires pour vous en sortir en toute sécurité.

4-Éliminez le stress et l’agressivité

Parfois, le meilleur moyen de réduire le stress après une dure journée de travail n’est pas une bière froide, mais une activité physique intense. Le Full-contact est un moyen sain d’évacuer les frustrations de la journée, ce qui vous aidera également à mieux dormir et à améliorer votre clarté mentale.«C’est un excellent moyen pour pouvoir dépasser ses peurs et garder son sang froid»,. « Le Full-contact augmente également la libération d’endorphines, ce qui peut diminuer considérablement le stress. »Avec l’atmosphère de groupe le Full-contact est encore plus efficace pour la libération d’endorphines. Tandis que n’importe quel type d’activité vigoureuse libère ces produits chimiques de bien-être, l’exercice en groupe améliore leur impact, selon des chercheurs de l’Institut d’anthropologie cognitive et évolutive d’Oxford, en Angleterre.

5. Développer l’estime et la confiance en soi

Il n’ya rien de plus rassurant que d’être capable de se défendre et d’être bien dans sa peau. L’intensité progressive des entrainements de Full-contact vous apportera rapidement des améliorations et des résultats. «Lorsque vous vous lancez dans un programme qui vous met vraiment au défi et vous le terminez, celà renforce à lui seul votre confiance en vous, car vous avez atteint un objectif donc vous  en êtes fier.

Historique et Définition du Full-Contact (Boxe américaine):

La véritable appellation de cette discipline est « Full Contact Karate ». Elle appartient aux formes de boxes pieds-poings (BPP) nées aux États-Unis dans les années 1960 et 1970 et est surnommée outre-Atlantique, kick-boxing sans low-kick1 ; ainsi, on trouvera cette discipline sur Wikipedia anglophone avec le terme « American Kickboxing ». Néanmoins, certaines fédérations internationales de boxes pieds-poings utilisent l »expression « full-contact » pour qualifier la forme de karaté de plein-contact sans frappe dans les jambes pour le différencier du kick-boxing avec low-kick.

N.B. : Dans la catégorie dite des « boxes américaines » de compétition, on regroupe trois disciplines issues des États-Unis :

  • Tout d »abord le plein-contact (dénommé « full contact » depuis 1970 et popularisé par la PKA en 1975) qui s’adresse à des pratiquants expérimentés et très entraînés compte tenu de la dangerosité de l’épreuve ;
  • Puis le plein-contact avec low-kick (« full contact avec low kick ») version d »origine  avec coup de pied circulaire en ligne basse avec port de chaussons de boxe américaine – version relancée en 1998 par la Fédération Française de Full-Contact ;
  • Ensuite le light-contact international qui reprend les règles du full-contact (appelé « médium-contact » en France ), et dans lequel les techniques sont portées avec puissance, à l’étranger, mais dont le K.O est interdit (Particularité française : le « light-contact français » (appelé « soft-contact » ), les coups sont parfaitement retenus. C »est donc la valeur technique qui est privilégiée, le vainqueur étant celui qui a atteint le plus grand nombre de cibles, et non pas celui qui aurait été le plus efficace en termes de puissance de frappe comme dans le plein-contact) ;
  • Enfin la troisième discipline la plus connue au Monde est le semi-contact ou « points-fighting » qui ressemble au karaté sportif japonais. Pour cette dernière discipline, les compétiteurs se font face et doivent atteindre des cibles autorisées pour marquer des points. Le nombre de points varie selon l »endroit atteint. À chaque touche valide, le duel est arrêté et l »arbitre annonce les points marqués et le score est affiché au fur et à mesure.

 Le Full Contact est pratiqué en France depuis environ 30 ans. Full Contact qui signifie en anglais « plein contact » est un sport de boxe pieds poings, sans les coups de pied bas (ou low-kicks).

La Boxe Américaine est un sport de combat utilisant des percussions
nécessitant des techniques pieds-poings.

Les coups sont portés en percussion sur des surfaces nommées cibles. Chaque affrontement se compose de plusieurs « rounds » allant de une à deux minutes selon les catégories

Full-Contact


Discipline de la boxe pieds-poings d »origine américaine où deux adversaires de même catégorie s’affrontent à coups de pied et de poing.

Principe


Le Full-Contact combine les techniques de coups de poing et le déroulement des compétitions de la boxe anglaise avec des techniques de coups de pied inspirées du karaté. A la différence des autres disciplines pieds-poings, il n »autorise pas les coups en dessous de la ceinture. D »où le fait qu »on la désigne parfois comme du Kick-Boxing sans low-kick (boxe pieds-poings sans coup aux jambes). Contrairement au Muay Thaï, les coups de coudes et les coups de genoux ne sont pas non plus autorisés.

Tenues


En compétition le pratiquant est torse nu et porte un pantalon et des gants. Ses pieds sont nus mais protégés par un chausson souple en mousse sans semelle. Sous le pantalon, le pratiquant porte des protège-tibias. En salle d’entraînement t nous avons des tee-shirts, des pantalons souples une paire de gants, les protèges tibia et des chaussons souples.

Historique


A l »origine, il fut appelé « Karaté-Full-Contact » pour désigner une variété de karaté où les coups étaient portés pleinement. Le Full-Contact, ou «boxe américaine» (appellation française datant de 1979), est née en 1974 aux Etats-Unis. Il a été mis au point par un organisateur de combats, Mike Anderson, associé à un champion de tae-kwon-do (boxe coréenne), Jhoon Rhee, pour les besoins de l »industrie cinématographique qui cherchait une discipline capable de concurrencer les techniques utilisées dans les films de Bruce Lee. Répondant au désir de nombreux karatékas de pouvoir réellement portés leurs coups, il a aujourd »hui pratiquement supplanté le karaté aux Etats-Unis. C »est un champion de karaté, Dominique Valéra, qui l »a introduit en France. Au cinéma, l »acteur Belge Jean-Claude Van Damme est le porte-drapeau de ce sport.

Caractéristiques


Le Full-Contact a connu un très vif succès vers la fin des années 80 en France. Il a tenté de nombreux karatékas pour des raisons sportives (frappe réelle des coups) mais aussi pour des raisons financières, puisqu »il pouvait être pratiqué en professionnel. De plus, l »interdiction de porter des coups en dessous de la ceinture lui donnait une esthétique particulière. Il bénéficiait enfin d »une image positive, puisqu »il venait d »Amérique… 

Il existe maintenant des formes ludiques concernant la pratique du full contact comme le light contact, touches maitrisées, le semi contact, à la touche, mais aussi le full défense, self défense à base de techniques de full contact et l »energy full, chorégraphie musical avec mouvement du full contact.

ASSAUT: Situation d’opposition régie par les règles du light et Semi Contact

ATTAQUE: Action caractérisé par un ou plusieurs coups visant à atteindre une cible

ATTITUDE: Position du fuller en toute situation d »opposition

BALAYAGE: Action visant à supprimer un ou deux appuis

BARETTES: Niveau intermédiaire entre les couleurs de ceinture pour les de 6 à 14ans

BLOCAGE: Moyen technique de défense permettant de stopper la trajectoire du coup

CADRAGE: Neutralisation offensive qui tend à réduire l »espace d »évolution de l »opposant

CHASSEE: Moyen technique permettant de dévier la trajectoire d »un coup

CIBLE: But à atteindre dans les conditions définies par le règlement ou par l »entraîneur

COMBAT: Situation d »opposition régie par les règles du Full Contact

CONTRE: Coup efficace déclenché après le début d »une action adverse et qui arrive avant que celle si n »aboutisse

CONTRE ATTAQUE: Coup(s) lié(s) à un moyen défensif déclenché après l »attaque de l »opposant

COUP D »ARRÊT: Action qui stoppe la progression adverse

COUP DE PIED FACE: Coup de pied exécuté directement vers l »avant avec le dessous du pied(bol antérieur, plat ou talon)

COUP DE PIED DE COTE: Coup de pied exécuté latéralement avec le dessous du pied (bol antérieur, plat, talon ou tranchant)

COUP DE PIED CIRCULAIRE: Coup de pied exécuté suivant une trajectoire circulaire avec le dessus du pied (ou le bol)

COUP DE PIED RETOURNE DIRECT: Coup de pied exécuté après un mouvement de rotation du corps, directement vers l »arrière avec le talon, le bol ou le plat du pied

COUP DE PIED REVERS: Coup de pied circulaire exécuté de l »intérieur vers l »extérieur avec le talon ou le plat du pied

COUP DE PIED RETOMBANT: Coup de pied exécuté en frappant de haut en bas le talon ou le plat du pied

COUP DE PIED CROISSANT: Coup de pied circulaire exécuté avec l »intérieur du pied en position fléchie ou tendue

CROCHET: Coup donné suivant une trajectoire circulaire, délivré à mi-distance ou en corps à corps

DEPLACEMENT: moyen de se mouvoir permettant de changer de place dans l »espace d »opposition

DIRECT: Coup donné avec le devant des poings suivant une trajectoire rectiligne

DOUBLE: Répétition immédiate du même coup

FEINTE: Action destinée à fixer l »attention de l »opposant dans le but de le perturber et de le tromper

FULL CONTACT: Sport d »opposition pieds poings codifié où le hors combat est autorisé

FULL DEFENSE: Discipline associée intégrant les techniques de Full Contact aux techniques de défense personnelles

FULLER: Pratiquant du Full Contact

GARDE: Attitude personnelle défensive

GRADE:Niveau de la hiérarchie technique

HORS COMBAT: Signes manifestes d »un affaiblissement physiologique tel que le fuller n »a plus les possibilités physiques ou psychiques de continuer à combattre

Évolution et mutation des formes de rencontre aux U.S.A.

 Dans les années 1960, aux États-Unis l’engouement pour le karaté ainsi que pour les autres arts martiaux (kempo, kung-fu, taekwondo, etc.) et la volonté de certains médias font évoluer les choses. Différents styles de pratiques martiales développèrent des formes de contact variées. De nombreux champions désireux de faire connaître la diversité de leurs techniques, contribuèrent à leur évolution. Des tournois sont organisés par des styles de combat divers ; comme l’United States National Karate Championship de Jhoon Rhee, la Bataille d’Atlanta d’Ed Parker, et dès 1963 les opens sur ring de bando burmese kickboxing (forme héritière de l’ancestrale boxe birmane). D’autres tournois importants comme le Mas Oyama All Worth America Championship (karaté kyokushinkai au K.O.) ont changé les traditionnels tournois de karaté jusqu’alors organisés sans contact. Également, l’idée de Bruce Lee (célèbre acteur de cinéma, au milieu des années 1970) et de Jhoon Rhee (professeur d’Alan Steen, de Jeff Smith et de Gordon Franks) de combattre avec protections et gants, a ouvert une nouvelle voie pour tous les amateurs de « combat réel ».

Un tournant décisif

Aux États-Unis, certains historiens situent la naissance du full-contact, le 17 janvier 1970 à Long-Beach (Californie), quand le promoteur Lee Faulkner organisa une rencontre sur ring au K.O., opposant Joe Lewis à Greg Baines, combat de « Full Contact Karate » appelé « American Kickboxing » par un journaliste.

Enfin, une autre hypothèse semble faire la quasi-unanimité dans le Monde du full-contact. Aux États-Unis au milieu des années 1970, certains karatékas de haut niveau, décidèrent d’apporter la dose de contact qui manquait à leur discipline de compétition. C’est ainsi que commença la « révolution » du karaté. Ils procédèrent à des essais de nouvelles formes de combat. D’abord l’idée de l’« open », satisfaisait les exigences de tous les adeptes des arts martiaux, où les pratiquants portaient des protections en matériau expansé, ce qui leur permettaient de toucher un peu plus l’adversaire et sans que le K.O. soit permis.

Ainsi on parla d’un « American Karate », en fait, il s’agissait d’un « Points Karate » (karaté de type escrime olympique à la touche contrôlée, appelé plus tard en Europe, « Semi-contact »). Mais ces grands tournois de « Points Fighting » (dit à la “touchette“) ne satisfaisaient pas tout le monde, il fallait une raison, bien plus importante pour attirer les sponsors et la télévision : le « K.O.system » (les Américains n’appréciaient pas les simulacres de combat). De nombreux pratiquants de karaté et de points-fighting (semi-contact) évoluant dans les compétitions se sentirent frustrés par les réglementations en vigueur privilégiant le contrôle des touches. Alors, ils cherchèrent un sport dans lequel on utilise la puissance des coups de pied et des coups de poing, plutôt qu »en les arrêtant avant de toucher l »adversaire. C’est pour ces raisons que naquit le « Full Contact Karate » le 14 septembre 1974 à Los Angeles (Californie) lors d’une soirée historique réunissant 12000 spectateurs. Ce fut le premier championnat du monde P.K.A. sur tapis d’art martial (en Japonais, « tatami »).

La révolution du karaté américain

 Le premier héros fut le très célèbre karatéka Joe Lewis qui disputa le premier match de « karaté » avec des gants de boxe. Un nouveau style de combat était né et, lentement cette forme sportive se structura, des rencontres s’organisèrent un peu partout et Howard Hanson, célèbre organisateur et ceinture noire de karaté shorin-ryu, eut l’idée d’organiser les combats sur un ring plutôt que sur un tatami. Il fallait une fédération pour régir ce nouveau sport, la première fut la « Professional Karate Association » (P.K.A.) fondée par Mike Anderson et les époux Don et Judy Quine. Cette fédération avait pour objectif de coordonner et de promouvoir cette discipline au niveau professionnel dans le monde entier. Mike Anderson à cette époque dirigeait la revue « Professional Karate Magazine » et organisait la « Top Ten » national à l’issue de laquelle des sommes importantes étaient distribuées aux vainqueurs. Cette forme de compétition a été introduite en France par Dominique Valéra (célèbre karatéka français) à la fin des années 1970, sous le nom de « full-contact », appelée plus tard « boxe américaine » suivant des directives ministérielles.

Rapidement les Américains dominent le monde occidental avec leurs vedettes comme Bill Wallace dit « superfoot » grâce à sa légendaire jambe avant. Il est le porte drapeau du mouvement du « Full contact Karate », ensuite Joe Lewis bien sûr, Jeff Smith (meilleur « points-fighter » en 1974, élève du célèbre coréen Jhoon Rhee, connu comme le père du Taekwondo américain et inventeur des protections en plastique utilisées pour le lancement du full-contact le 14 septembre 1974), Isaias Duenas et Joe Corley.

Mais un autre tournant annonce la naissance du full-contact moderne. Howard Hanson, élève de Mike Stone, professionnel des organisations et visionnaire, s’aperçoit que les règles dans lesquelles les combats s’inscrivent sont trop limitées. Pour lui, un vrai champion doit défendre son titre contre des combattants de tous les pays. Certes, les Américains dominaient « leur monde » mais pour rencontrer les Asiatiques (notamment les pratiquants de kick-boxing Japonais et Muay thai Thaïlandais), il fallait ajouter à leur sport une technique essentielle : la frappe dans les jambes ou « low-kick ». Enfin naquit un style plus complet alliant les techniques de poing (dites de boxe anglaise) et de pied (karaté, taekwondo…et muay-thaï) Fullcontact lowkick (kick-boxing) .

Nous joindre? Laissez nous votre message et nous vous contacterons rapidement.

 

Please follow and like us: