MMA

Les arts martiaux mixtes (MMA)

 

Le (MMA) ou arts martiaux mixte a été l’un des sports les plus dynamiques au monde pendant la majeure partie des deux dernières décennies. Dans les temps modernes, c’est un sport populaire qui bénéficie d’un suivi massif de millions de personnes partout dans le monde sur tous les continents.

Le MMA moderne a pris de l’importance au début des années 1990, lorsque l’Ultimate Fighting Championship a été créé aux États-Unis, invitant les meilleurs combattants du monde à concourir dans l’Octogone pour déterminer qui régnait en maître.

Mais le sport existe depuis bien plus longtemps que cela et partage ses origines au début de l’histoire de l’homme. À la base, le MMA est un amalgame de toutes les disciplines de combat, harmonieusement combinées pour former un système homogène et unifié. Certains disent que c’est la forme la plus pure de combat à mains nues car elle prend les plus grands éléments de divers arts martiaux et les mélange.

De nombreux fans sont tombés amoureux de l’attrait indéniable du MMA, et aujourd’hui, le sport est devenu aussi populaire que n’importe quel autre, rivalisant avec celui d’autres sports comme le basket-ball et le football. Examinons comment le sport est né, où tout a commencé et où il se dirige. Aujourd’hui, le striker boxing club partage avec vous la richesse de cette discipline qu’est le MMA.

L’histoire ancienne du MMA

Le pancrace était populaire dans la Grèce antique.

Bien que le MMA soit né à la fin du 19e siècle, il existe des archives de certains arts martiaux qui contenaient des concepts de MMA remontant à la civilisation ancienne. Le concept de rassembler plusieurs formes de combat n’est certainement pas nouveau et remonte à l’histoire primitive de l’homme.

L’une des premières formes de MMA est née de la dynastie Han dans la Chine ancienne, développée par l’armée chinoise comme une forme de combat au corps à corps à utiliser pendant la guerre. L’art s’appelait Shuai Jiao et combinait des styles tels que la lutte et le kung-fu. C’était l’un des premiers arts martiaux à marier à la fois des techniques de frappe et de grappling, notamment des coups de pied, des coups de poing, des projections et diverses clés articulaires.

La Grèce antique avait également sa propre adaptation appelée Pancrace, combinant des éléments de frappe et de lutte qui ressemblaient beaucoup au MMA moderne. Le pancrace a réuni les arts de la lutte et de la boxe et a introduit le sport dès la 33e Olympiade en 648 av.

En pancrace, toutes les frappes et prises étaient autorisées à quelques exceptions près, notamment l’interdiction des morsures,les piques oculaires, les frappes à l’aine. Les matchs se disputait entre deux combattants et se poursuivait jusqu’à ce qu’un combattant ne puisse plus continuer ou se soit soumis. Plus tard, le pancrace a été transmis à d’autres cultures telles que les anciens Romains.

Au fil des ans, de plus en plus de pays ont commencé à expérimenter leurs propres arts martiaux, et le concept de mélange de styles de combat devenait courant. Le MMA s’est rapidement répandu dans le monde entier, y compris en Europe et en Occident.

MMA aux 18e et 19e siècles

Au milieu du XIXe siècle, les pratiquants français de la savate défiaient les combattants qui pratiquaient d’autres arts martiaux, dans le but de tester leurs techniques de combat. Un tournoi eut lieu en 1852 entre des combattants français de savate et des boxeurs anglais à mains nues. La fascination de tester un art martial  à un autre art martial s’est poursuivie pendant les années suivantes, et bientôt, le concept de MMA a commencé à faire son chemin dans le reste du monde.

Le tout premier art martial connu pour avoir combiné les styles de combat européens avec les arts asiatiques s’appelle Bartitsu, qui a été fondé à Londres en 1899 par Edward William Barton-Wright. Il a fusionné divers éléments de lutte, de judo, de boxe occidentale, de kick-boxing et de jiu-jitsu. Naturellement, avec la popularité croissante des concepts MMA, l’histoire a vu se dérouler de nombreux tournois de style mixte.

En 1963, le légendaire judoka et lutteur « Judo » Gene Lebell, qui entraînera des années plus tard la populaire combattante de MMA « Rowdy » Ronda Rousey, a combattu le boxeur professionnel Milo Savage dans un combat sans limites. Lebell a vaincu Savage avec un étranglement arrière nu pour le laisser inconscient. C’était le premier combat de style mixte télévisé aux États-Unis. La même année, trois pratiquants de Karaté Kyokushin du Japon se sont rendus en Thaïlande et ont combattu au prestigieux stade de boxe du Lumpinee contre trois combattants de Muay Thai.

À la fin des années 1960 et au début des années 1970, l’artiste martial est devenu l’acteur hollywoodien Bruce Lee, surnommé « Le Dragon », est devenu mondialement célèbre pour son incroyable talent aux arts martiaux. Il avait développé son propre style unique appelé Jeet Kune Do, qui portait à nouveau le concept de MMA en mélangeant tout ce qui fonctionnait dans tous les arts martiaux pour former un seul style de combat cohérent. De nombreux experts considèrent le Jeet Kune Do comme le précurseur du sport que nous connaissons aujourd’hui, et Lee est considéré par beaucoup comme le « père du MMA moderne ».

Arts martiaux mixtes modernes

Le développement des arts martiaux qui a conduit à l’établissement de la scène MMA américaine et japonaise est celui qui a vu l’essor du Jiu-Jitsu brésilien.

Les choses ont commencé au début des années 1900 lorsque Carlos et Helio Gracie, les pères fondateurs de la célèbre famille de combattants Gracie qui avaient inventé le Jiu-Jitsu brésilien, ont lancé le « Gracie Challenge », qui s’est déroulé dans divers gymnases.

Des combattants du monde entier se rendaient au Brésil pour relever le défi Gracie, mais perdaient souvent parce qu’ils n’avaient jamais expérimenté cette technique de grappling de haut niveau auparavant. Cette légende a semé la graine de la pensée qui se manifestera plus tard dans le MMA moderne.

En 1993, l’UFC a été créée, la promotion organisant son tout premier événement le 12 novembre de la même année, au McNichols Sports Arena de Denver, au Colorado. Avec un public de près de 8 000 personnes, l’UFC a organisé un tournoi d’une journée à huit hommes sans catégories de poids, sans round et sans pause dans les combats, ni juges. Les deux seules règles étaient de ne pas mordre et de ne pas piquer les yeux. Les matchs ne pouvaient se terminer que par soumission, KO ou arrêt du coin via un jet de serviette. Le tournoi a été remporté par Royce Gracie, fils d’Helio, qui a reçu 50 000 $ pour sa victoire.

Deux décennies plus tard, et le MMA, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est l’un des plus grands sports au monde. Outre l’UFC, il existe désormais de nombreuses grandes organisations mondiales de MMA telles que ONE Championship en Asie et Bellator MMA aux États-Unis.

Aujourd’hui, après de nombreux changements de règles, le MMA est un sport hautement réglementé avec un ensemble de règles qui a rendu le sport plus sûr pour les athlètes en compétition tout en conservant l’excitation brute et l’esprit du combat de style mixte.

 

Les règles générales

Tout événement MMA, peu importe le pays, adopte des règles de base communes à toutes les organisations.

La durée

Un combat se déroule généralement en 3 rounds de 5 minutes avec une minute de pause après chaque round. Cela peut passer par 5 rounds de 5 minutes avec la même durée lors d’un championnat avec comme prix la ceinture.

Les préparatifs

Durant l’organisation d’un affrontement, une commission mixte paritaire d’entraîneurs et d’officiels établit un système de classement et de carrière sportive pour assurer l’équivalence de niveau technique et sportif des combattants. Chaque participant ne peut pas combattre plus d’une fois par réunion. Il devra également attendre 28 jours avant d’entamer le prochain affrontement, voire 30 jours en cas de KO lors du dernier combat.

Parallèlement, un combattant doit être présent lors de la réunion de la présentation des règles de combat et au plus tard une heure avant le début de l’évènement. Il peut néanmoins envoyer un représentant à sa place lors de ce briefing.

Puis, avant chaque affrontement, il doit présenter des certificats médicaux à jour qui justifient différents tests d’aptitude au combat :

  1. Certificat médical d’aptitude à la compétition de MMA (saison en cours) ;
  2. Scanner crânien à la suite d’un KO ;
  3. Carnet répertoriant tous les KO subis ;
  4. Examen du fond de l’œil « verre à 3 miroirs de Goldmann » (de moins de 3 mois) ;
  5. Électrocardiogramme (de moins de 3 mois) ;
  6. Tests VIH et Hépatite.

Les catégories de poids

Chaque organisation de combat libre adopte sa propre catégorie de poids, mais des confusions avec d’autres disciplines ont été constatées. Les règles ont alors été modifiées en 9 catégories de poids (UFC) énumérées par le code administratif de la Commission Athlétique de l’État du Nevada.

Elles sont stipulées dans les « Règles unifiées des Arts Martiaux Mixtes » (Unified Rules of Mixed Martial Arts) adoptées en 2003 :

  • Flyweight ou poids mouche: 125 lb ou moins de 57 kg ;
  • Bantamweight ou poids coq: 135 lb ou moins de 61 kg ;
  • Featherweight ou poids plume: 145 lb ou moins de 66 kg ;
  • Lightweight ou poids léger: 155 lb ou moins 70 kg ;
  • Welterweight ou poids welter: 170 lb ou moins de 77 kg ;
  • Middleweight ou poids moyen: 185 lb ou moins de 84 kg ;
  • Light Heavyweight ou poids mi-lourd: 205 lb ou moins de 93 kg ;
  • Heavyweight ou poids lourd: 265 lb ou moins de 120 kg ;
  • Super Heavyweight ou poids super lourds : pas de limite de poids.

La veille d’un affrontement, un combattant doit effectuer la pesée officielle sur la balance apportée par le promoteur. L’adversaire ou son représentant ainsi que les officiels de la compétition sont également présents.

Notons que les organisations MMA japonaises ne sont pas obligées de respecter une catégorie de poids du fait du manque de lois gouvernementales à ce sujet. Ce sont les promoteurs qui établissent ces limites afin d’assurer l’esprit de compétition. Par ailleurs, les combattants et l’organisateur d’un évènement peuvent convenir d’une limite de poids particulière (catchweight) à condition de respecter un écart de poids maximal.

Les issues possibles d’un combat

Il existe différentes façons de remporter un combat MMA que ce soit avant sa durée maximale ou après le gong :
Le KO ou Knockout : il s’agit de l’issue la plus évidente d’un combat, car l’adversaire n’est plus en mesure d’attaquer ou de se défendre. Le KO termine un affrontement lorsqu’un des participants perd conscience à cause des coups qu’il a encaissés.

Le TKO ou KO Technique : c’est une décision prise par l’arbitre, le médecin ou les hommes du coin d’un combattant. Ce dernier est encore conscient, mais n’est plus en mesure de combattre normalement. Le TKO est notamment valable lorsqu’un combattant encaisse trop de coups sans plus être capable de se défendre comme lors d’un Ground and Pound au sol.

Le TKO est également déclaré par l’arbitre ou le médecin lorsqu’un participant est victime d’une douleur intense qui le pénalise ou d’une coupure importante sur le corps suite à un coup violent. Dans ce cas, l’arrêt du combat est inévitable même si le combattant persiste ou ne partage pas la décision.

Enfin, l’abandon via le throw towel, c’est-à-dire lorsque les hommes de coin jettent la serviette, est un TKO lorsqu’ils aperçoivent les douleurs citées précédemment. Il en est de même lorsqu’ils constatent que leur sportif reçoit une sévère correction de la part de son adversaire à cause d’une grande différence de niveau.

La soumission : elle est représentée par l’abandon d’un combattant lorsqu’il ne peut plus supporter un étranglement ou une clé infligée par son adversaire. Il peut alors avertir verbalement l’arbitre de sa décision ou taper trois fois avec le plat de sa main sur son adversaire.

Le Technical submission ou soumission technique : comme pour le KO technique, il est décidé par l’arbitre lorsqu’il constate qu’un combattant ne peut plus supporter la clé ou l’étranglement de son adversaire même s’il n’a pas fait les gestes conventionnels de soumission.

Le Technical Decision (TD) : c’est un signe d’arrêt de combat décidé par les juges lorsqu’ils s’aperçoivent qu’un participant n’est plus capable de poursuivre le combat suite à un accident non intentionnel. Ils choisissent alors le vainqueur selon une décision unanime ou partagée, en considérant que l’affrontement a écoulé la limite normale de temps. C’est notamment le cas lorsqu’un combattant est victime d’une grave blessure en tombant du ring sans que son adversaire ait porté un coup.

Le Technical Draw : c’est un cas similaire au technical decision, mais les juges choisissent de déclarer l’égalité entre les participants.

La disqualification d’un combattant : cela signifie que celui-ci perd le combat à cause d’une violation des règles notamment en infligeant un coup non autorisé de manière délibérée.

Le No Contest (NC) : c’est une situation de contestation ou de l’arrêt non intentionnel du combat lorsqu’un participant demande l’annulation d’une décision d’arrêt qu’il juge trop hâtive. Elle est également décidée lorsque le gagnant est testé positif à des examens de dopage ou lors d’un coup non autorisé.

Les coups prohibés

Même si le MMA est un combat libre, tous les coups ne sont pas pour autant permis. Chaque organisation et Commission Athlétique d’un pays établit ses propres réglementations. En France par exemple, comme la morsure, le doigt dans l’œil (ou n’importe quel orifice) et les coups aux parties génitales, les techniques, frappes ou comportements suivants sont interdits par la FFKMDA(Fédération française de kick boxing, muay thaï et disciplines associées) :

Quels sont les coups interdits en MMA ?

 

  • Le coup de coude (autorisé aux États-Unis) ;

Les coups de pieds ou de genoux assénés à un adversaire au sol ;

  • Les frappes dans les reins, sur la colonne vertébrale, sur la gorge et derrière la tête ;
  • Le coup de tête ;
  • Les coups de pieds d’arrêt, directs ou latéraux portés directement sur l’articulation du genou ;
  • Les prises ou manipulations de moins de 4 doigts ;
  • Les pincements et griffures intentionnels ;
  • La saisie ou le tirage de cheveux ;
  • Les projections ou amenées au sol qui font tomber l’adversaire sur son cou ou sa tête ;
  • Les projections ou poussées de son adversaire hors du ring ;
  • La saisie de vêtements ou d’équipements de protection ;
  • Les attaques verbales non sportives portées à l’adversaire, à son équipe, à l’arbitre, aux juges et/ou aux autres officiels ;
  • Les coups pendant une décision officielle d’arrêt de combat ;
  • Les attaques trop tôt ou trop tard lors des débuts et fins de rounds ;
  • Le non-respect des instructions de l’arbitre.

Les différentes décisions des juges

L’Unanimous Decision (UD) ou décision unanime est déclaré lorsque les trois juges sont du même avis sur le vainqueur. Le même cas est repris pour l’Unanimous draw ou égalité unanime, mais les juges déclarent tous l’égalité.

Le Majority Decision (MD) ou décision majoritaire correspond à l’avis commun de deux juges contre un seul qui déclare l’égalité.

Le Split Decision (SD) reprend le même avis des deux juges, tandis que le troisième déclare l’avis contraire à celui de ses collègues.

Le Split Draw ou égalité partagée représente trois avis différents pour chaque juge : l’un déclare un vainqueur, un autre désigne son adversaire comme vainqueur et le dernier décrète l’égalité.

Enfin, le Majority Draw ou égalité majoritaire correspond à deux décisions d’égalité par les deux juges ; le troisième désigne un vainqueur.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *